Tennis en fauteuil : Houdet-Peifer, Roland-Garros après l'or de Rio ! | Fédération Française de Tennis

10/06/2017

Tennis en fauteuil : Houdet-Peifer, Roland-Garros après l'or de Rio !

Para Tennis

Comme en finale des Jeux paralympiques, Stéphane Houdet et Nicolas Peifer ont dominé les Britanniques Reid-Hewett en finale à Roland-Garros.

De Rio à Roland-Garros, Nicolas Peifer et Stéphane Houdet n'en finissent plus de tomber dans les bras l'un de l'autre. Dans cette finale à Roland-Garros, les Français retrouvaient les Britanniques Gordon Reid et Alfie Hewett. Comme à Rio, mais aussi comme lors des championnats du monde par équipes en Italie, les Français ont eu le dernier mot (6/4, 6/3).

Le court n°6 de Roland était pratiquement plein pour assister à l'unique succès bleu-blanc-rouge dans cette édition 2017 des Internationaux.

Nicolas Peifer :
Ca a été encore un gros match ! Heureusement que Stéphane était là car il m'a bien boosté. Moi, j'étais un peu absent. J'ai une petite douleur au poignet et j'ai eu des décharges au moignon, ce qui ne m'a pas aidé. Stéphane m'a bien motivé et ça m'a aidé à maintenir quand même mon niveau, même s'il n'était pas au top. Cela a suffi pour le résultat. Et puis, c'est la victoire qui compte. On a fait ce qu'il fallait, l'essentiel est qu'on ait gagné.

C'est génial car c'est la première fois qu'on gagne ici ensemble ! On a gagné la médaille d'or ensemble, ce qui était déjà extraordinaire. On prend beaucoup de plaisir à jouer tous les deux et ça fait super plaisir. Et bien sûr, le fait que ce soit à Roland-Garros, cela apporte vraiment un petit plus. D'autant qu'on est maintenant géré par la FFT. Le fait de remporter Roland-Garros, c'est génial. Ca montre qu'on est là, que le handisport est là. On sait qu'on va être vraiment bien soutenus.

On a remporté plusieurs tournois ensemble. Tout ce qu'on fait, on essaie de gagner. Tant que ça marche, on continue ! J'espère qu'il y en aura plein d'autres.

Stéphane Houdet
C'est du plaisir avant tout ! C'est magique ! Le match est serré et à un moment très étrange, ils perdent le fil et ça devient plus facile pour nous. C'est exactement ce qui s'est passé au troisième set des JO, ce qui s'est passé en finale de Coupe du Monde.
 Nous on sait. Peut-être qu'n jour cela ne passera plus. Il y a un problème de communication en face qui fait qu'ils se renvoient la responsabilité. Gordon est n°1 mondial, son partenaire vient de gagner en simple, il y a toujours eu une petite rivalité en simple et ça s'exprime sur le terrain de double. C'est dur pour eux. 
Nous, on communique très bien.

Nico est modeste quand il dit que j'ai tenu la baraque ! Ok, j'ai un rôle oral pour le booster, mais il répond bien présent avec sa raquette. Il met du poids, du volume, ça met la pression sur les autres et ça nous aide beaucoup.

Ici, c'est notre premier ensemble. On a gagné en Australie, à New York, mais c'est la première fois à la maison. C'est vraiment génial, surtout cette année, avec notre intégration à la Fédé.